Construire, à la fin des années 1960, un centre d’innovation et de haute technologie en pleine nature, dans une région qui était alors plus associée au tourisme qu’au développement industriel, aurait pu légitimement passer pour une utopie. Il n’en fut rien. Avec près de 5 000 chercheurs et 2 500 entreprises employant 38 000 personnes au sein d’une technopole composée à 90% d’espaces verts, le pari initial s’est révélé être un incontestable succès avec aujourd’hui un CA de 5,6 milliards d’euros, soit l’équivalent du CA du tourisme de la Côte d’Azur.

Cette aventure a également su séduire au-delà de nos frontières puisque la technopole accueille 188 entreprises étrangères qui emploient près de 10 000 salariés de 67 nationalités différentes.

Aujourd’hui Sophia Antipolis a 50 ans. Cinquante ans que le concept de fertilisation croisée continue à exister, que le concept des nouvelles technologies continue à être dynamisé. Le fait que SophiaTech, la nouvelle université s’y soit implantée, que le Business Pôle avec ses startups essaime partout et surtout que la première technopole vienne d’être labellisée 3IA est la preuve indéniable que l’idée même de Sophia Antipolis, entre innovation et excellence, est toujours pertinente.

En 2019, l’anniversaire des 50 ans de Sophia Antipolis représente l’opportunité de célébrer 50 ans d’innovation et de développement économique du territoire, de promouvoir la technopole actuelle et ses filières stratégiques (intelligence artificielle, véhicule autonome, travel technologies, technologies de la santé et du sport, biotechnologies, nautisme) et d’envisager que la technopole future confirmera son rang d’excellence parmi les parcs scientifiques et technologiques internationaux.