Je suis arrivé à Sophia-Antipolis en 1986 pour démarrer le centre de R&D de VLSI Technology. Je revenais de la Silicon-Valley. Je démarrais un centre de R&D pour une entreprise américaine. C’était l’opportunité de créer un environnement de vie et de travail associant le meilleur du système américain et du cadre de vie Français.

Le début d’un écosystème fort qui croit encore aujourd’hui à travers la présence locale des leaders du marché tels que : ARM, ST, Cadence, Huawei, Bosch, Renault Labs … Les entreprises du domaine des systèmes électroniques se sont multipliées car à chaque crise de croissance, à chaque restructuration de groupe international, les ingénieurs locaux ont voulu continuer leur carrière sur le site et pour cela ont attiré les nouveaux champions du domaine. C’est une dynamique vertueuse : un environnement de travail et de vie exceptionnel, ouvert sur le monde, retient les compétences, celles-ci attirent les entreprises en croissance à la recherche de talents.

La technopole m’a permis de m’entourer des meilleurs talents dans mon domaine. Ce qui nous a permis de traverser les crises fréquentes de notre secteur et de contribuer au développement de notre écosystème. Aujourd’hui les logiciels développés par le site de Cadence à Sophia sont leaders dans leur domaine et à l’origine des systèmes électroniques qui ont révolutionné notre quotidien. La technopole m’a offert une carrière riche en expérience humaine et en compétences techniques. Elle m’a permis d’équilibrer vie familiale et professionnelle. Sophia-Antipolis représente pour moi un cadre de vie et de travail alliant l’excellence technologique et la qualité de la vie.